L'histoire des Halles

Petit voyage dans le passé et les racines de la cité des Antonins. Il y a un peu plus de 120 ans, sur décision du Conseil Municipal, il était décidé de construire un marché couvert pour rassembler l’ensemble des commerces de bouche en un seul et même lieu. A l’époque, les marchés étaient thématiques et se disséminaient un peu partout sur les places de la ville. Dans un souci de cohérence et sous le couvert du respect de l’hygiène, les élus ont donc décidé de créer un marché couvert. En réalité, ils ne faisaient que suivre l’air du temps et la tendance de réaménagement des centres-villes. D’autant que la popularisation de l’acier avec les inventions d’Auguste Eiffel et de Baltard permettaient de rapidement entreprendre de grands chantiers avec des moyens limités.
Une autre motivation moins honorable et un peu « tendance » à l'époque pour les élus, consistait à récolter plus facilement et de manière systématique les taxes dues par les marchands (redevances). On peut rappeler à ce propos, qu’à l’époque, les grandes surfaces n’existaient pas, et que ce sont donc les politiques qui ont inventé (sans vraiment en prendre conscience), la notion d’un lieu unique pour faire ses courses. Dans un premier temps d’ailleurs, les commerçants pouvaient s’acquitter de leurs taxes de façon journalière. Construites en moins d’un an après la démolition d’une partie du centre de Nîmes (l’Ecusson), les Halles ont donc vu le jour en 1884. Pour répondre à l’évolution de la société et notamment à la prolifération de l’automobile dans les ménages, les Halles ont pas mal évolué suivant les époques.
Après le tram et les calèches du début, la première grande mutation se produit sous Emile Jourdan dans les années 1970. Le maire d’alors décide du démontage de la structure « Baltard » afin de monter des parkings (4 étages prévus) sur le dessus du marché refondu en béton. Dans les années 1980, Jean Bousquet, député-maire, décidera de faire appel à Wilmotte, architecte de renom pour « habiller » les halles tout en rénovant l’intérieur. Au début des années 2000, ce sont les sous-sols où sont entreposés les stocks et les ateliers qui font l’objet d’une rénovation de fond pour se mettre aux normes d’hygiène et de respect de la chaîne du froid.

Un tramway pour les Halles

A la fin du XIXe siècle, une ligne de tram est construite autour des Halles pour permettre à la popu-lation des quartiers périphériques de se rendre au marché central. Les rails ont été enlevés au début des années 50 pour laisser place aux bus et à l’automobile. Aujourd’hui, le nouveau plan de déplacement urbain qui va se mettre en place à l’initiative de l’agglomération met en place un nouveau type de transports collectifs performants et en site propre. L’histoire est en marche.

 
D’après : « 120 ans de vie aux Halles de Nîmes » par Christophe Donnet, Philippe Ritter et Georges Mathon - LG Editions.